Etiocinèse

ETRE SOI-MÊME OU
COMMENT GÉRER ÉMOTIONS ET STRESS

 

 

  
hervetp@orange.fr
Tel: 06 89 97 28 29
 

Etre soi-même! Ceci définit la notion d’équilibre et de bien être à laquelle chacun prétend.

Cette mission paraît facile en théorie mais revêt d’innombrables obstacles et la volonté personnelle d’aboutir n’y suffit pas.

Notre mal être est toujours associé à un parcours de vie où l’état émotionnel que l’on a traversé s’accompagne d’une notion de stress que l’on peut définir comme étant un mécanisme de protection face à nos doutes et à nos peurs.

 

Ce stress est une mesure de survie qui répond à une information extérieure destabilisante, vécue dans l’isolement dont il faut se faire une alliée et s’en servir pour favoriser notre développement personnel.

 Cet état émotionnel éloigne l’individu de ses sentiments, augmente sa sensibilité, l’écarte du temps présent en favorisant l’anticipation ou le retour sur le passé, et, ouvre sur la perte de confiance en soi pouvant aller jusqu’à une perte d’identité.

 

Kinésithérapeute de formation, j’avais pu remarquer qu’un grand nombre de pathologies avait une “histoire” trouvant leur porte d’entrée par l’aspect émotionnel qu’elles engendraient et une implication sur notre comportement et notre corps qui n’en sont  que le miroir.

Il fallait en réponse trouver une méthode nous aidant à gérer notre “mieux être” dans le présent en gommant la mémoire laissée par les obstacles vécus tout en optimisant nos points forts.

 

Associer la  “Conscience collective” au programme de vie de chacun, requalifier les modes comportementaux en corrigeant l’origine du mal être et son ressenti émotionnel devenaient la mission de cette méthode que j’ai baptisé: ÉTIOCINÈSE dans le but de redonner  à chacun une liberté de mouvement et d’esprit compatible avec une vitalité et un bien être synonyme d’une évolution sereine au sein du groupe.

 

L’idée maîtresse étant de libérer ses freins plutôt que de passer en force par un concept novateur qui s’adresse à chacun dans une démarche individuelle et personnelle.

 

L’ Énergie Vitale en est le moteur, elle circule dans notre organisme et répond à un mode de fonctionnement parfaitement maîtrisé qu’il convient de connaître et de favoriser pour permettre à l’Individu d’être lui-même.

 

 

La Méthode

Basée sur le rapprochement de deux champs d’influence:

 

- Le premier synthétise la pensée orientale de la Médecine Chinoise avec ses règles et principes séculaires régissant l’énergie dont nous sommes porteurs.

- Le second s’appuie sur ce mouvement scientifique du XX° siècle qui met en jeu la physique quantique et la réflexion sur l’infiniment petit ainsi que les mémoires qu’elles supposent.

 

Ces deux schèmes ouvrent sur une idée nouvelle, qui en est l’interface, introduite par la notion de “Triangulation” qui trouve son application dans la théorie de Stéphane LUPASCO, philosophe du début du XX° siècle, sur la “Logique dynamique du contradictoire”.

 

Il est nécessaire de savoir, pour que l’ensemble fonctionne, que certaines dispositions ont été apportées:

 

- Les théories sur la génération et le contrôle des différentes formes d’énergie entre elles ont fait passé le nombre d’éléments en jeu de cinq à huit. Cette nouvelle donne  conduit à l’élaboration de huit tempéraments avec leurs points forts et leurs points faibles.

 

- Les paradigmes énoncés par Ruppert SHELDRAKE, biologiste contemporain, dans sa théorie sur les “Champs Morphogénétiques”  où, à partir de phénomènes réels mais inexplicables par la science actuelle, il a été admis, sans réserve, que ces champs contiendraient une mémoire inhérente à chaque individu dans laquelle se mêlent passé, présent et futur. Ces champs  sont symbolisés par les 64 hexagrammes du Yi-King, appelé « Livre des Transformations » qui offre à l’Etre Humain une clé intemporelle pour pénétrer l’énigme de son destin. Ces 64 hexagrammes sont dynamiques et mutables, ce sont des instantanés combinant de toutes les manières possibles les 2 énergies fondamentales Inn et Yang.

 

Ces deux mises au point définissent un organigramme superposable à la « Table des déductions » dont Stéphane LUPASCO fait état dans sa théorie sur le « Principe de contradiction » et dont l’utilisation permet de recentrer les “forces vives” de chaque individu.

 

En s’affranchissant de son bagage émotionnel, on libère ainsi son potentiel créatif et intuitif en favorisant le “lâcher prise” et le retour à la confiance.

 

Cette méthode s’adresse au corps énergétique de l’Être Humain et à l’Énergie Vitale qui le parcourt.

 

 

 

Le Corps Énergétique de l’être humain 

Selon une vision globale et holistique de l’être humain, la Tradition est convaincue qu’il existe, sous-tendant toute forme, un niveau de réalité subtil et inaccessible aux sens objectifs: On l’appelle le “corps énergétique”.

Il correspond à des enveloppes suprasensibles et invisibles entourant notre corps physique dont le nombre et la dénomination varient d’une école à l’autre.

 

Toujours selon cette Tradition, on admet que l’être humain est constitué de plusieurs parties distinctes (au moins deux): le Corps et l’Ame auxquels  s’ajoute une dimension plus spirituelle: l’Esprit, représentation de notre Ego.

 

Nous sommes prioritairement un “Ego”, c’est à dire un “Je suis”, dont les pouvoirs sont des potentialités qui devront s’actualiser  durant cette vie que nous avons choisi.

Il se manifesterait selon quatre règnes différents (minéral, végétal, animal et hominal) à travers lesquels il lui serait possible d’établir des relations avec le monde extérieur par le biais de trois véhicules qui définissent notre personnalité, miroir de notre Ego. Cet Ego étant le siège de la pensée, suprême réalité, où rien ne peut se manifester sans avoir d’abord existé en elle.

 

Ces véhicules invisibles représentant notre personnalité s’illustrent de trois façons. En dehors du corps physique dense et visible qui nous permet d’agir, nous trouvons:

- Le corps Vital, contrepartie éthérique, où les forces de la vie circulent et se manifestent, sa fonction serait de vivifier le corps physique, il est l’instrument dont se sert l’être humain pour assimiler l’énergie vitale.

- Le corps Émotionnel , siège des sentiments et des émotions, représentatif  de notre ressenti.

- Vient ensuite l’Intellect, trait d’union entre notre Ego et notre Personnalité, il représente le monde de la pensée concrète. Appelé aussi corps Mental, il a permis à l’Ego de prendre possession de ses véhicules les plus denses, de s’en servir pour s’exprimer, transmettre ses ordres sous formes d’actes et de paroles, et, commander ainsi l’action dans le but d’acquérir de l’expérience à l’école de la vie.

 

 

L’Énergie vitale

L’énergie se qualifie par la capacité de faire un travail par lequel elle circule et dont la manifestation se fait sous deux formes essentielles:

         - Energie potentielle ou potentialisée, dite de position.

         - Energie cinétique ou actualisée, dite de mouvement.

L’énergie totale d’un système, quel qu’il soit, étant toujours égale à la somme de ces deux composantes.

 

Le terme énergie doit toujours être lié à une interaction, elle est toujours en mouvement, pouvant changer de forme, mais, elle ne se perd pas.

Ce principe de conservation se situe au niveau quantitatif, mais il existe aussi un principe qualitatif qui démontre que chaque transformation augmente l’entropie de l’univers ou au mieux, la laisse inchangée.

L’entropie répondant à l’état de désordre d’un système isolé qui ne peut que croître au cours de son évolution.

 

L’énergie vitale qui nous parcourt change de forme de façon incessante pour arriver à un état intermédiaire dépositaire de notre affectivité et de nos sentiments et se rapprocher de notre système émotionnel de base.

Elle nous permet de traiter n’importe quelle situation de stress avec une réponse la plus juste possible qui trouve son mode d’expression sous une forme mi-actualisée, mi-potentialisée, où le rapport de l’une par rapport à l’autre peut revêtir toutes les formes adaptatives.

L’énergie potentielle est beaucoup plus riche car elle détient une infinité de solutions alors que l’énergie cinétique n’est qu’une face du problème: Elle répond à l’instant.

 

Ceci explique qu’il faut entrer dans l’abstraction et la complexité en délaissant la démarche horizontale qui serait d’expliquer les phénomènes par rapport à notre vécu dans un langage binaire pour atteindre la notion de “Logique dynamique du contradictoire”, base du principe d’antagonisme qui prend en compte toutes nos potentialités latentes restant inexploitées.

 

La notion d’énergie vitale trouve son origine dans la pensée chinoise par cette unité indéfinissable et illimitée appelé le Tao où toute chose aura sa complémentarité et qu’il faudra savoir imbriquer l’une à l’autre comme les notions de Inn et de Yang, symboles d’une dualité existante.

Ce déséquilibre permanent permet cet échange incessant entretenu par la dépense des 2 énergies fondamentales qui se combinent l’une à l’autre pour créer les quatre énergies de base (Transcendante, Génétique, Comburante et Alimentaire).

 

A tout système il faut un cadre qui prétend régir l’organisation des 4 règnes de la nature qui sont: le minéral, le végétal, l’animal et l’Humain sans parler pour ce dernier d’un autre monde encore moins manifesté fait d’abstractions et qui appartient à notre pensée.

Le scénario s’organise en plusieurs tableaux qui jalonnent le temps et l’espace donnant à l’ensemble une cohérence.

 

Les 4 énergies de base ainsi structurées rentrent dans un système de distribution, miroir des 8 tempéraments existants, avant de trouver une utilisation dans notre corps vital par le biais des 64 hexagrammes du Yi-King porteurs chacun d’une forme d’émotion dont se sert l’être humain pour faire face à son quotidien.

 

 

De la Tradition…..à la Physique Quantique

Au départ de toute incarnation existe un principe créateur non manifesté que la «Tradition » a appelé le « Tao » et que la Physique Quantique symbolise par une vacuité baptisée « vide quantique ». Ce champ d’application, constitué d’énergie virtuelle, est peuplé de particules invisibles en équilibres absolus le rendant bouillonnant d’activités.

 

Cette physique suit un mode de raisonnement échappant au sens commun, elle répond au monde microscopique des atomes et des particules en prétendant que l’énergie n’est pas une chose continue, comme l’eau qui s’écoule, mais circule en petits paquets individuels appelés « quanta ». Ces concepts, souvent abstraits et étranges, rendent son interprétation particulièrement délicate et lui confèrent une vertu intuitive choquant le bon sens et pouvant contredire notre expérience quotidienne.

 

L’atome, sur lequel elle repose, est essentiellement de l’espace constitué de vide à 99%, avec un noyau central très dense autour duquel gravitent des électrons qui n’ont ni trajectoire ni position précises.  Ils sont diffus et représentés par des sortes de nuages plus ou moins denses. Ainsi on parle de nuages électroniques.

 

L’électron, lui, est une particule pouvant être décrite en termes d’ondes dont on peut connaître la trajectoire quand il se meut dans l’espace ou savoir où il se trouve à un instant précis, mais sans jamais pouvoir cerner les deux de façon simultanée.

 

Cet espace immatériel, représenté par cette vacuité, semble être habité d’une mémoire et d’un principe originel à toute manifestation le rendant susceptible de faire un bon candidat au support de la pensée et de l’énergie qui nous anime.

C’est bien là où tout se joue et où la matrice représentée par la « Table des déductions » prend toute son originalité. Non exploitable sur un plan pratique, elle trouve une suppléance par un diagramme, nécessaire lors du traitement, où les hexagrammes du Yi-King y ont toute leur signification.

 

Si la « Tradition » avait pu appréhender un tel raisonnement ou si la « Mécanique quantique » voulait reconnaître ce que son ainée peut lui apporter : Quel progrès aurions-nous pu accomplir sur la connaissance du fonctionnement mental et émotionnel  de chaque individu.

    

           Contact

Designed by ClaColorJam
 
Surface de Boy : Espace unilatère illustrant la topologie de notre Espace-Temps et préfigurant le cheminement de la pensée entre ses deux formes contradictoires.